Lyonnaise, Femme, mère, sérial shoppeuse, amoureuse, amante, guerrière... et finalement simplement moi
Venez partager avec moi mes découvertes , mes coups de coeurs, mes coups de blues, mes coups de gueule...
Installez vous confortablement, et laissez vous emmener dans mon petit monde !

vendredi 5 octobre 2012

Une tranche de vie :Mon adoption



Je suis une adepte du pourquoi , comment, et si?
J'aime me triturer les neurones et imaginer ma vie autrement, si j'avais fait d'autres choix, si j'avais eu d'autres parents.
Bref j'aime réfléchir et selon Papchoupete j'aime juste casser les couil***

J'ai été abandonné par mes parents biologiques à l'age de 3 ans et adoptée par mes parents à l'age de 3ans et demi.
J'ai eu de la chance de ne rester à l'orphelinat que quelques mois et surtout qu'une famille accepte de m'adopter. J'étais en date limite de péremption pour l'adoption.

Passée 4 ans ,99% des enfants restent à l'orphelinat car les couples adoptants ne se sentent pas d'accueillir un enfant "si vieux".
Je ne porte pas de jugement, loin de là, je peux tout à fait comprendre leurs craintes.

Depuis toujours, j'ai voulu adopter, boucler la boucle en quelque sorte. Donner à un enfant ce que j'ai eu la chance d'avoir, c'est à dire une famille aimante, un foyer stable....
J'ai eu Babychoupette, mais cette envie d'adoption est toujours là.
J'ai pas forcément kiffé ma race d'être enceinte, de vomir 4 fois par jour et de ressembler au bonhomme Michelin.

La vie avec Babychoupette n'est pas toujours facile. Il y a beaucoup de peut-être à ses pleurs, à ses grognements... et finalement assez peu de "vraies" réponses.
Mais elle est ma chair, mon sang et nous grandissons ensemble. Elle m'apprend mon rôle de maman et je lui apprend... je sais pas trop mais je dois bien lui apprendre des trucs quand même.

Mais quand on n'a JAMAIS été parents, et qu'un enfant arrive dans notre vie, un enfant avec son caractère déjà formé, avec ses habitudes, avec ses peurs, avec sa culture.... avec sa vie "d'avant"...
Comment réagir?
Souvent je me demande comment Mamy et Papychoupette ont géré mon arrivé. Quels ont été leurs doutes, leurs angoisses... Si elles ont été identiques à ce que je vis actuellement avec Babychoupette.
Je pourrais leur poser ces questions, mais Mamy et Papychoupette sont plutôt discrets là dessus. Ils n'aiment pas parler de l'adoption, du fait que j'ai "d'autres" parents ailleurs.

Je me demande si je n'avais pas été abandonnée, si j'étais restée avec ma famille d'origine, si je serais la même mère aujourd'hui.
Je pense pas.
J'ai des fêlures qui proviennent de mon histoire, que je panse ou que je me cache, mais c'est ce qui fait de moi la maman, la femme que je suis aujourd'hui.

L'année dernière j'ai eu la chance de retourner dans mon pays d'origine et de rencontrer mes parents biologique.
Et bien j'ai découvert que ce pays je ne le connaissais pas et que mes parents ce n'étaient pas eux. Mes parents sont ceux qui m'ont élevés en France. Qui m’ont accompagné dans mes crises d'ado... qui me soutiennent ( maladroitement mais bon, ils sont là)
En ayant vécu 3 ans avec ma famille d'origine, je pensais ressentir quelque chose en le voyant... Comme une sorte de flash back. Un peu comme dans les films où on serre sa mère dans ses bras et d'un coup tout nous revient en mémoire, où on a de nouveau l'impression d'avoir 3 ans ... Et ben rien, nada, que dal.
Je les ai juste regardé, j'ai eu de la peine pour eux de les voir culpabiliser mais c'est tout.

Enfin non c'est pas tout, je mens. Y'a bien un truc que je ressens pour eux, c'est une sorte de "responsabilité".
Je sens que j'ai le devoir de m"occuper d'eux si leur arrivait quelque chose. Je sais que si demain l'un de mes parents biologiques avaient besoin d'argent, de soins ou de vêtements, je ne pourrai pas faire autrement que de lui donner.
C'est peut être ça qu'on appelle le sens de la famille?

Pour mes parents, j'ai de l'amour "rationnel". Je les aime parce qu’ils prennent soin de moi, que j'ai l'habitude de leur présence...
Pour mes parents biologiques, je peux pas dire que ça soit de l'amour, mais y'a comme un fil très fin qui me relie à eux et qui me donne des devoirs envers eux. Bizarre. Mon subconscient peut-être.

Bref tout ça pour dire que c'est sûr, j'adopterai.

Et vous que pensez vous de l'adoption? Vous sentiriez-vous prêt pour cette aventure?












Rendez-vous sur Hellocoton !

22 commentaires:

  1. quand j etais petite, je disais tout le temps que plus tard j adopterais une petite vietamiene
    pourquoi ce pays d origine en particulier, je ne sais pas?
    j ai grandit, j ai rencontre l homme qui allait devenir mon mari et le pere de mes enfants
    des le debut de notre rencontre je lui parle de mon desir d adoption
    mais il n a pas compris
    pour lui il ne faut pas enlever un enfant de son pays de sa culture etc
    moi je dis que c est une chance que l on donne a un enfant d avoir une autre vie, une belle vie faite d amour
    certes l enfant ne sort pas du ventre mais il nait dans le coeur de la maman
    chaque enfant a le droit au bonheur, meme si le bonheur est a des milliers de kilometres de son pays qui l a vue naitre
    pour adopter il faut etre deux, comme pour faire un enfant, je sais que chez nous il n y aura pas d enfant a naitre dans mon coeur
    mais quand les miens seront plus grands, j aimerais bcp devenir famille d accueil, comme mes parents ou simplement accueillir des enfants en vacances

    les enfants ne naissent pas tous avec la meme chance
    et ca c est degueulasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est vrai que c'est injuste... et c'est pour ca qu'il faut profiter de ce que nous avons!!

      Supprimer
    2. C'est très intime ce que tu livres... et émouvant!
      Moi, je pense qu'il n'y a pas de plus beaux cadeaux pour un enfant abandonné que d'être adopté (tu es bien placé pour le savoir) alors si tu en as envie et que tu te sens prête: fonce!!
      Comme dit Johanna: les enfants ne naissent pas tous avec la même chance et il m'arrive souvent d'y penser et de le dire à mes loulous (ça les dépassent pour l'instant mais c pas grave.)
      Je trouve notre système social mal fait: y'a tant d'enfants qui aimeraient avoir 1 famille et il y a tellement de famille qui se voit refuser d'adopter...


      Supprimer
  2. Je ne sais pas... On sait qu'il y aura un Numéro 2, mais on ne sait pas quand et comment. On s'est dit qu'il arrivera quand on sentira le moment venu, on n'a rien vraiment programmé... Peut-être sortira-t-il de mon bidon, peut-être sortira-t-il de mon coeur ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh et je voulais ajouter : ton texte est vraiment bien écrit !

      Supprimer
    2. merci :))
      j'avais un peu peur de me faire passer pour cosette :)

      Supprimer
  3. quelle histoire que tu as. Oui je pourrais adopter si ma vie aurait été autre. Mon mari ne l'imagine même pas, pour lui il faut les liens du sang. Perso je pense que oui les liens du sang sont magnifiques, mais les liens du coeur, bien plus souvent.

    RépondreSupprimer
  4. oh c'est très touchant , les histoires de l'adoption me touchent beaucoup, j'aurai envie moi aussi et souvent avec mon chéri on en parle mais je sais qu'on ne le fera pas, parce que on ne peut pas (âge,finance etc) sincérement si là maintenant on m'annonce que je peux adopter je ne regarderai ni l'âge ni le sexe ni même le pays d'origine, peut être parce que j'ai eu mes trois propres enfants???... en tout cas bravo pour ton billet et ta petite babychoupette a beaucoup de chance d'avoir une maman comme toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est vrai qu'adopter est une démarche longue, stressante et couteuse...

      Supprimer
  5. J'y ai souvent pensé. Ne serait-ce que l'idée de donner l'amour à un enfant qui n'a plus ses parents. Mais j'ai mes deux enfants maintenant et cette envie d'adoption est restée en sourdine, jusqu'à quand, je ne sais pas !

    RépondreSupprimer
  6. Là je ne me sentirais pas prête pour l'adoption. Mais bon quand on sait qu'il y a 6 ans je n'étais vraiment pas sûre de vouloir des enfants et que maintenant j'en ai 1 de 4 ans, 1 d'1 an et que je meurs d'envie d'avoir le 3ème....
    Je crois aussi que j'aurais peur de faire une différence, inconsciemment, entre enfants biologiques et enfant adopté. Pourtant j'ai des tas d'exemples autour de moi qui me prouvent le contraire.
    Ton texte est très touchant et très intéressant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il n'y a pas de honte a ne pas vouloir adopter :)
      c'est une démarche tellement personnelle!
      et quand on sait qu'il y a un enfant en "enjeu", alors il vaut mieux être sincère avec soi-même et savoir si l'envie profonde est là ou pas :)

      Supprimer
  7. Le début de ton billet m'a mis les larmes aux yeux (je suis très sensible).
    L'adoption, nous connaissons ici mais d'une manière sensiblement différente.
    Ma fille aînée a été abandonnée par son père biologique (Nous l'avions eu très jeunes) alors qu'elle était toute petite.
    Et mon mari a adopté ma fille aînée (notre fille) l'année dernière (la procédure a été longue à aboutir). Nous nous sommes rencontré quand notre fille avait 15 mois. Et c'était la suite logique, cette adoption. Elle l'a appelé "papa" très tôt. Ils s'aiment comme un père et sa fille (enfin je suppose, je n'ai moi-même pas de père)
    Nous avons eu une deuxième fille et nous formons une famille complète.

    Enfin, ce n'est pas la même chose que toi mais il s'agit d'une adoption tout de même.
    Et l'idée d'adopter m'a souvent traversé l'esprit, mais je ne sais pas si nous sauterons le pas un jour. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est une belle histoire d'adoption aussi ;)
      c'est toujours beau de voir qu'une famille recomposée c'est avant tout une "famille" et que le mot "recomposée" on peut l'oublier!

      Supprimer
  8. J'adore ton billet, il permet d'avoir un peu une idée de ce que l'enfant adopté ressent et vit ...encore qu'il est sans doute bien difficile de faire des généralités ...bref, disons que ça me fait plaisir de lire un texte qui parle des difficultés mais aussi de l'amour qui se consruit entre un enfant et ses parents (adoptifs en l'occurence), et ça me touche d'autant plus que je suis la maman d'une petite crapouille né au Vietnam ...D'aussi loin que je m'en souvienne, il a toujours fait partie de ma vie, il était dans mon esprit et dans mon coeur bien avant que j'ai l'âge d'être maman, ça me paraissait juste "naturel" qu'il m'attende quelque part ...difficile à expliquer en fait ... J'ai eu de la chance de rencontre celui qui est devenu le père de mes 3 enfants ....Il n'avait jamais vraiment pensé à adopter mais lorsque je lui en ai parlé, lui aussi a trouvé ça tellement "évident" pour construire notre famille ...Chez nous l'histoire du "sang" des "gênes" en commun, c'est vraiment peu important ...
    Parfois j'entends des trucs qui me font bondir, mais c'est souvent dit par ceux qui au final n'y connaissent pas grand chose, alors c'est toujours avec beaucoup de plaisir que je parle de ce sujet, que j'explique, que j'écoute aussi les craintes, les questions ...
    Une dernière chose, sur l'argument qui dit qu'on n'a pas le droit d'enlever un enfant de son pays d'origine ...c'est sûr, dans un monde idéal, tous les enfants pourraient grandir là où ils ont vu le jour, ils auraient une famille qui les aime, tout ce dont ils ont besoin pour grandir et être heureux ...malheureusement dans la vraie vie, ça ne se passe pas comme ça partout, alors lorsqu'on choisit d'adopter un enfant né dans un pays qui souffre, pour moi, on lui offre avant tout la possibilité de grandir, d'être aimé, peu importe où cela se passera sur le globe ...
    Et c'est très intéressant de voir que toi aussi tu ressens le besoin d'adopter à ton tour, alors qu'une de mes amies, adoptée elle aussi vers 3 ans, m'avait expliqué qu'au contraire pour elle se serait difficile d'adopter car elle se disait qu'il lui manquait des "informations" pour comprendre son histoire, elle avait peur que cet aspect de sa vie soit déjà difficile à intégrer pour ses enfants, du coup elle ne voulait pas qu'à ses propres interrogations s'joutent encore celles de son futur enfant s'il était adopté ...

    RépondreSupprimer
  9. J'aime ton article, j'aime ta sincérité. Je suis maman adoptive 3X et tu as raison, tu ne serais pas la même maman si tu serais dans ta famille bio, tu ne serais pas la même personne non plus...
    Les enfants adoptés ont une empreinte de la séparation (faut pas dire abandon)dans leur cerveau. C'est la mémoire qui se souvient... S'ils survivent à l'orphelinat (car bcp meurt), ce sont des battants qui développent des façon de survivre. L'adoption c'est pas facile, mais c'est merveilleux !

    Il faut adopter pour la bonne raison... vouloir un enfant !

    bonne chance et donne des nouvelles...

    RépondreSupprimer
  10. J'ai voulu adopter depuis le jour où ma grande tante (qui a l'âge à ma mère) a adopté une petite malgache, j'avais 12 ans à l'époque. Cette envie ne m'a jamais quitté mais quand on est marié c'est quelque chose qui se décide à 2. La question s'est vraiment posée du fait de l'infertilité sévère de mon mari, mais lui a toujours préféré que l'on ait un enfant biologique, il m'a dit on tente les FIV ICSI et si cela ne fonctionne pas, on adoptera. A notre grand bonheur, cela a fonctionné. Il est encore trop tôt pour penser à agrandir la famille, mais je garde espoir qu'on puisse le faire un jour.

    Bises

    RépondreSupprimer
  11. Très beau texte. Personnellement, je ne sais pas trop quoi penser de l'adoption. Avec mon conjoint, nous ne pouvons pas avoir d'enfant naturellement car il est stérile. Mais j'ai très envie d'être enceinte. Je pense qu'on va essayer un don de sperme, avec insémination artificielle, ICSI si il faut mais si cela ne marche pas... Je ne sais pas encore si je me sens capable d'adopté. J'ai trop peur qu'un enfant adopté ne s'adapte pas chez nous, qu'il nous rejette, qu'il ne veuille pas de nous comme parents. En tout cas c'est un très beau geste!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le fait que l'enfant soit au milieu de tes interrogations "prouvent" que tu seras une maman merveilleuse!
      Tu ne te demande même pas si TOI tu serais capable d'aimer cet enfant qui n'es pas ta chair, tu as "simplement" peur que celui ci ne soit pas heureux dans ton foyer...
      Je te souhaite de vivre la maternité que tu souhaites que cela soit par une grossesse ou par l'adoption <3

      Supprimer
  12. Pour ma part, j'envisageais l'adoption comme solution s'il s'avérait que je ne puisse pas avoir d'enfants. Je voyais donc plutôt le cas d'un nouveau né, né sous X, bien plus qu'un enfant déjà âgé d'un an, 3 ans ou plus... Et je pense que la plupart des parents voulant adopter sont dans ce cas, ils voulaient des enfants "d'eux" et ne peuvent pas en avoir. D'ailleurs, en cas de problème pour faire des enfants, je me serais plus spontanément tournée vers l'adoption que vers la PMA. Mais... j'ai appris ça assez récemment, dans certains départements on ne prend en compte les demandes d'agrément que de la part de parents qui ont essayé la PMA sans succès, d'autres plus coulants demandent au moins une preuve de l'incapacité à enfanter. Peut-être parce qu'ils ont un jugement sur "ces femmes qui veulent un enfant sans les inconvénients de la grossesse "? Mais ça ne doit pas courir les rues, tout de même ! Il me semble que ceux qui envisagent l'adoption sans se poser la question de pouvoir faire eux-mêmes leurs enfants ont généralement des idées plus généreuses. Si j'ai bien compris il y a assez peu de normes au niveau national, c'est vraiment géré au niveau du département et chacun fait sa "tambouille". Par exemple, il me semble que c'est dans le département des Yvelines (chercher dans les archives de France Inter, un reportage de l'émission "Interception" de l'an dernier si je me souviens bien), rejette un dossier sur deux, sans que les parents n'aient pu avoir d'explications.
    Une fois l'agrément obtenu, encore faut-il trouver un enfant adoptable, et il se trouve qu'en France, il y en a moins que de familles agréées. Beaucoup, comme vos parents, se tournent vers l'étranger. Mais dans les pays où "nous" avions l'habitude d'aller, de plus en plus, ils cherchent à faire adopter les orphelins par des "locaux". Entre autres parce que leur économie commençant à se développer, ils cherchent à se débarrasser de la "tutelle" des pays dont ils ont longtemps été des colonies...

    RépondreSupprimer

Laissez moi un petit mot!