Lyonnaise, Femme, mère, sérial shoppeuse, amoureuse, amante, guerrière... et finalement simplement moi
Venez partager avec moi mes découvertes , mes coups de coeurs, mes coups de blues, mes coups de gueule...
Installez vous confortablement, et laissez vous emmener dans mon petit monde !

mardi 20 novembre 2012

Toi toi mon toi, toi toi mon tout ma reine...




J'allaite, mais je n'ai jamais ressenti le besoin de "représenter", de soutenir cette "cause".
Je vis mon allaitement sereinement, pour moi, pour nous. Ni plus ni moins.

Mais voilà, je reprend bientôt le travail et Babychoupette et moi-même avons entamé le sevrage de journée.
Exit les tétées diurnes, nous accueillons 2 nouveaux habitants: Biberon et Galia.
Et maintenant qu'une page de mon allaitement se tourne, j'ai besoin de parlé de ce que je ressens... d'ouvrir les portes de mon coeur qui pleure.

J'avais déjà exprimé mes craintes ICI , et bien j'avais raison! Les débuts ont été rude!
Bon déjà, je stoppe les tétées de journée uniquement par nécessité et non par envie. Et voir ma fille chercher le sein, enfouir son petit nez dans mon T shirt et lui refuser ça m'a simplement retourner les tripes.

Finit ses moments de tendresse absolu, où Babychoupette oublie en un clin d'oeil son bobo à la tête ou sa bosse sur le bras...
Finit ses moments ou je deviens le centre de son monde, où mes bras deviennent des remparts insaisissables qui la protégent contre le reste du monde.
Finit ses moments ou elle tête et me caresse le visage ...

Aujourd'hui je ré apprend à être maman.
Je me sens démunie et désarmée face aux pleurs de ma fille. Je ne sais plus comment la consoler quand mes bras ne suffisent plus, quand elle me rejette les yeux plein de reproche parce que je lui refuse le sein...
Je m'empêche de pleurer devant elle, alors que je m'effondre intérieurement.
Je revis l'angoisse qu'elle ne mange pas assez.
Je découvre l'anxiété des ml sur les biberons, à surveiller ce qu'elle a bu, ce qu'elle devrait boire...

Je me sens nulle parce que j'ai faillit ébouillanter ma fille avec le 1er biberon que j'ai préparé. Je ne sais par quelle magie noire le lait est littéralement sortie en geyser de la tétine, complètement brûlant  ébouillantant Papachoupette qui se tenait à 1 mètre de moi, et avait notre fille dans les bras!

Voir ma fille interloquée face à 1 biberon, se jeter en arrière dès qu'elle sent le goût du lait artificiel dans la bouche... et bien j'ai douté des bienfaits de l'allaitement.
Oui parfaitement.
Voir ma fille si triste, son regard si perdu face à l'introduction du biberon et du lait artificielle. Je me suis dit que si dès le départ on avait donné le bib, et bien aujourd'hui elle n'aurait pas à subir tout ça.

Une semaine après le début de ce sevrage diurne. 
Babychoupette et moi-même avons trouvé nos nouveaux repères, elle accepte de boire un peu au biberon, tête le matin et le soir/nuit à volonté.
Ça y est, j'ai intégré que mon bébé grandit, je savoure les tétées qu'il nous reste et je découvre les plaisirs des câlins sans tétée.

Jamais je n'aurai cru qu'il était possible d'aimer autant... 
J'ai compris le sens même du mot "aimer" le 09 mars 2012, et chaque jour, cet amour grandit, m'envahit, me submerge..

Toi toi mon tout, ma vie...


Rendez-vous sur Hellocoton !

11 commentaires:

  1. Ton article est génial!!! J'allaite pour l'instant exclusivement ma petite puce ms je me pose déjà toutes ses questions concernant le futur sevrage...peur qu'elle refuse le bib, qu'elle n'accepte pas le lait, et donc qu'elle ne grossisse plus, peur de ne plus arriver à la calmer car notre puce pleure beaucoup et la tétée est souvent un moyen de la calmer, peur de ne plus avoir cette "relation" avec ma fille, peur de ne pas savoir comment préparer un bib...et parfois, je me dis la même chose que finalement si on était passé au bib dès le départ, il n'y aura plus de souci et tout roulerait!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que je ne suis pas seule à me poser mille milliard de questions :)

      Il y aura toujours une solution pour palier au lait maternel ;)
      Même si cette solution ne se met pas en place en un clin d'oeil :)

      Supprimer
  2. Quel article! Perso je veux allaiter ma fille aussi, je verrais comment ça se passe mais j'y crois. Et pourtant je me pose déjà des questions sur le sevrage, sur plein de choses. J'adhère totalement à ta façon de t'exprimer, à tes mots de maman... Vous trouvez votre rythme toutes les deux. Bon courage pour la suite et bonnes tétés du matin et du soir/nuit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. à la base, je souhaitais arrêter l'allaitement pour les 6 mois de ma fille... et puis je me suis rendu compte que ca nous convenait et qu'on pouvait pousser l'aventure un peu plus loin.
      Je sais que beaucoup de pro allaitante ne pensent pas comme moi, mais chaque maman vit son allaitement comme elle l'entend qu'il dure 1 semaine, 1 mois, 6 mois, 3ans... Il faut avant tout que chacun trouve sa place et se sente bien, le papa la maman et le bebe.
      Aujourd'hui j'ai entamé le sevrage diurne, mais j'espere pouvoir continuer les tétées du matin et du soir encore un bon moment :)

      Supprimer
  3. Effectivement c'est un moment assez difficile. Mon conseil ne vaut évidemment pas pour tout le monde, mais il aurait peut-être été possible d'introduire le biberon avec du lait maternel tiré (c'est peut-être ce que tu as fait ?) pour qu'elle accepte l'objet, apprenne à s'en servir, avant de passer au lait artificiel. Ensuite, peut-être aurais-tu pu simplement, une fois le concept du biberon accepté, attendre ta reprise du boulot, et faire introduire le LA par la nounou : les premiers temps tu aurais tiré ton lait pour ne pas avoir trop mal aux seins, le temps que ta lactation baisse un peu, et qu'elle ait de ton lait en biberon une fois par jour, et de moins en moins pour arrêter complètement, tout en lui donnant le sein à volonté le week-end : pour ma part j'ai repris le travail quand mon fils avait 3 mois, et j'ai tiré mon lait le midi jusqu'aux 15 mois bien tassés de mon fils, c'est le dernier biberon qu'il prenait encore alors qu'il était passé aux yaourts et petits suisses pour les autres repas (en fait j'ai arrêté quand même ce biberon-là il n'en voulait plus) Mais je l'ai sevré complètement seulement 3 mois après (volontairement, je n'ai pas attendu qu'il se sèvre tout seul), et pendant ces 3 mois, je ne tirais pas mon lait le midi en semaine mais je l'allaitais à la demande le week-end, et ça se passait très bien.
    Mais je comprends que tu aies voulu qu'elle ait déjà l'habitude de ne pas pouvoir téter en journée, c'est vrai que ça évite les reproches de la nounou -j'ai eu de la chance, la mienne était très compréhensive pour ça...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La nounou va être Papachoupette dans un 1er temps... et il était très inquiet que notre fille refuse le lait artificiel avec lui... c'est pour ca qu'on a débuté le sevrage plus tot.
      Mon lait elle n'aime pas le boire au biberon.
      Depuis hier, j'arrive a lui faire boire un peu de LA si c'est mélangé a de la compote... et dans une tasse a bec. C'est pas si mal!

      Supprimer
  4. Oh, ce doit etre trop dur, tant pour toi que pour elle, un nouveau départ, encore plus dur si tu dois le faire pour des imperatifs. Je n'ai jamais connu cet arret puisque bibi des le debut, mais je me laisse imaginer l'angoisse de voir son enfant et de lui refuser cela alors qu'ils ne sont pas encore en age de comprendre le pourquoi du comment.
    Je te souhaite que tout aille de mieux en mieux avec le temps, et oui comme tu dis, aimer nos enfants est une chose énorme! bisous

    RépondreSupprimer
  5. bon début! j'ai mis 3 semaines à sevrer ma fille... on a mis du temps, jeté bcp de biberon au départ!! comme toi, un petit peu chaque jour, quand elle acceptait et aujourd'hui elle voit mes seins, elle veut juste faire pouet-pouet sans penser qu'un jour, elle y était bien accorché!!

    RépondreSupprimer
  6. c'est pas facile le sevrage, pour ma fille il suffit que je repense à ces moments rien qu'à nous pour que je ressente toute la sérénité et l'apaisement que cela nous apportait, j'ai parfois envie encore d'allaitement, je le ressens vraiment physiquement c'est trop bizarre bon courage ça va bien se passer bisous

    RépondreSupprimer

Laissez moi un petit mot!