Lyonnaise, Femme, mère, sérial shoppeuse, amoureuse, amante, guerrière... et finalement simplement moi
Venez partager avec moi mes découvertes , mes coups de coeurs, mes coups de blues, mes coups de gueule...
Installez vous confortablement, et laissez vous emmener dans mon petit monde !

mercredi 9 janvier 2013

Le prix d'une vie


Un commencement et une fin
Naître et mourir

Mon petit chat agé de 10 ans est décédé.

Il y a 2 semaines, tout juste après le réveillon de Noël, l'état de notre chat nous a alarmé.
Amaigrit, allongée dans la salle de bain sans vouloir en sortir, refusant de s'alimenter et de boire.
Nous l'avons bien sur emmené chez un vétérinaire qui l'a gardé dans sa clinique pendant 3 jours tant son état était préoccupant

Durant ces 3 journées j'ai beaucoup pensé.

Et même si c'est horrible, mon coté pragmatique est venu toquer à la porte de mon coeur pour lui demander combien allait coûter ces 3 journées de clinique.

Et si le vétérinaire nous disait qu'il devait la garder plus longtemps?
Et s'il nous parlait d'une opération chirurgicale hors de prix?

Quelle serait ma réaction? Quelle serait ma décision?

A quel prix j'estime la vie de mon chat? l'amour que je lui porte?

Je sais que je vais en choquer certain, mais je livre mes pensées, mes réflexions telles que je les vis.

Au bout des 3 jours, le vétérinaire nous a rendu notre chat sous réserve qu'elle accepte de se re nourrir.
La facture s'est élevé à 400 euros.

Je vous imagine divisé en 2 clans.
Le clan pour qui il n'y a pas de prix pour sauver une vie, pour qui 400€ ou 4000€, peu importe.
Le clan qui pense que 400€ pour un animal c'est trop, c'est ridicule;

Je ne sais pas ou je suis. J'ai payé c'est tout.

J'ai consciencieusement donné les médicaments à mon chat matin et soir.
J'ai recherché et peut être rêver des signes d'amélioration.

Avec Papachoupette nous avons discuté, établit un budget maximum que nous ne pourrions dépasser.

Une semaine plus tard, je remmenais mon chat chez le vétérinaire.
Je n'ai pas eu à prendre de décision.
Je n'ai pas eu à mettre un prix sur la vie de mon chat.

Mon chat était en train de mourir, une maladie incurable.
Le seul choix qu'il me restait, l'euthanasier pour abréger ses souffrances...

Et si c'était Babychoupette qui était malade? La question du prix se poserait-elle?
Bien sur que non, elle est ma vie, je préférerais mourir pour qu'elle vive.

Et pourtant je discutais de tout celà avec un ami qui me murmura:
"Il y a toujours un prix. Le prix que t'impose tes ressources, tes limites."

Alors j'ai pensé à toutes ces familles qui se battent chaque jour pour arracher des minutes de vie pour leur enfant atteint d'une maladie rare.
Ces familles qui tentent chaque jour de repousser leur limite pour que leur enfant puisse accéder à un monde de soin, à un environnement qui l'aidera à grandir, à se soigner.











Rendez-vous sur Hellocoton !

5 commentaires:

  1. j'ai eu la meme question que toi pour mon chat pendant les vacances. Moins grave, une grosse vilaine blessure, mais de l'argent à sortir. Mon mari m'a parlé d'un type qu'il a croisé chez le véto en y allant, ce monsieur debourse 400e par mois car son chien est diabetique... j'ai dit à mon mari "il vaut mieux s'en debarrasser du chien, tu imagines comme tu te ruines"... mon mari était choqué.
    C'est dur de se poser ce genre de questions, mais en effet, il y a une limite dans nos ressources.
    Pour mon enfant, je donnerais jusqu'au dernier centimes, sans me poser de questions, quit à ne plus devoir manger... mais si je fais la meme chose pour mon chat, que me restera-t-il pour mes enfants, justement.

    Je suis desolée en tous les cas pour ton chat, bisous.

    RépondreSupprimer
  2. Je connais bien, très bien, trop bien ce problème (je suis de l'autre coté du stétho...)
    Le prix d'une vie... Ce n'est jamais facile, ça dépend pour chacun, ça dépend de l'animal, de la relation qu'il y a avec ses "maîtres" et bien sûr, des moyens financiers des gens.
    Tout le monde ne peut pas se permettre de débourser 400 euros par mois chez le véto. Certains sont prêts à manger des pâtes pendant 3 moins ou plus pour sauver Kiki.
    Certains roulent sur l'or et pestent sur le prix d'un antibio.

    Ma mère avait toujours dis qu'elle ne mettrait pas des centaines d'euros pour un animal, et a finalement déboursé 500 euros lorsque le chien a fait une pancréatite dont il ne s'est pas remis. Elle ne s'attendait pas forcément à une telle addition non plus.
    On (les vétos) doit apprendre à faire des devis, même dans les moments difficiles comme ceux là, qu'ils soient au moins prévenus quoi.

    Il n'y a pas de règle, sauf celle que t'as murmuré ton ami.

    Je suis désolée que ça se soit terminé ainsi.

    Bisous

    RépondreSupprimer
  3. il m'est arrivé la même chose pour mon chien c'était il y a bien longtemps et le veto m'a posé direct la question : "on opère et c'est tel prix ou je l'eutanasie" il a opéré et a survécu , j'ai payé la facture en plusieurs fois donc evidemment que je ne regrette pas même si mon chien devait nous quitter plusieurs années plus tard mais pour une autre raison. dur dur te prendre des décisions de ce style et désolée pour toi et ton compagnon à 4 pattes bizzz et bonne année quand même

    RépondreSupprimer
  4. Je suis désolée pour ton chat <3
    Notre première minette est partie il y a 10 mois et ça reste encore difficile...
    Quand le chauffard l'a renversé, le véto des urgences nous avait fait un devis faramineux mais nous aurions vidé notre épargne pour la sauver. Mais elle est partie avant que nous ayons eu à prendre une décision et malgré tout notre amour, nous n'avons pas pu nous résoudre à payer des frais exorbitants pour une crémation individuelle car ce n'était plus "elle".
    Aujourd'hui, il y a un nouveau petit chat chez nous et nous nous posons la question de prendre une sorte de mutuelle, au cas où.
    J'aime beaucoup la réflexion de ton ami.

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer

Laissez moi un petit mot!